La région viticole Bordeaux

Bordeaux est la première région viticole du monde avec 118 000 hectares de vignes, en bordure de l’Atlantique. Elle produit la moitié de tous les grands crus français.
À la confluence de la Garonne et de la Dordogne se forme l’estuaire de la Gironde qui coule sur 80 km avant d’atteindre l’océan. La vigne est partout, jamais très éloignée de l’eau. La rive gauche, le Médoc s’étire de la pointe de Graves à la Jalle de Blanquefort.
La rive droite, le Libournais avec Saint-Émilion et Pomerol.
Le Bordelais compte cinquante-sept appellations et huit mille châteaux. Au total on compte 17 000 bouteilles différentes. Les Grands Crus classés ne représentent que 3 % de la production.
Parmi les appellations bordelaises pour les vins rouges plus prestigieux, capables à vieillissement, ne comptent pas les appellations régionales, comme Bordeaux rouge ou Bordeaux supérieur, mais seulement les appellations locales ou communales.
C'est la région viticole Médoc (avec Médoc et Haut-Médoc), les 6 appellations communales plus fameuses (exclusivement en rouge) Margaux, Moulis, Listrac, Saint-Julien, Pauillac et Saint-Estèphe. Au sud de Bordeaux Graves et Pessac-Léognan. Le Libournais avec Saint-Émilion grand cru et ses quatre communes satellites Montagne Saint-Émilion, Saint-Georges-Saint-Émilion, Lussac- Saint-Émilion, Puisseguin-Saint-Émilion. Et anfin les autres appellations du libournais Pomerol, Lalande de Pomerol, Fronsac et Canon Fronsac.
Les bordeaux sont des vins d’assemblage. Au XVIIIe siècle la Gironde compta encore jusqu’à trente-cinq cépages pour les vins rouges. Aujourd’hui, les trois cépages cabernet sauvignon, cabernet franc et merlot assurent les trois quarts de la production de vins rouges. Moins importantes sont petit verdot, malbec (côt) et carmenère.

Le cépage plus aristocratique est en Médoc sans doute le cabernet sauvignon. Nulle part ailleurs, en France ou dans le monde, il n’atteint une telle plénitude. Son association avec le merlot et le cabernet franc apporte aux vins une complémentarité et une harmonie inégalées. Dominant dans le Médoc (52 %) avec le merlot (40 %) et le cabernet franc (8 %). Mais seulement pour les vins prestigieux, capables à vieillissement. L’encépagement dans la composition des vins est soigneusement dosée. Ainsi, le cabernet sauvignon, vin tannique qui s’affine en vieillissant, est associé au merlot qui lui apporte souplesse en contrebalançant ainsi la dureté de sa jeunesse. Il faut compter également avec le petit verdot et le carmenère, cépages traditionnels, qui offrent à certains grands bordeaux leur pointe d’originalité.

Dans la région viticole Saint-Émilion, jusqu’au Blayais, les terres sont trop froides pour le cabernet sauvignon qui laisse la place au merlot (65 % de l’encépagement) et au cabernet franc, les deux grands cépages de la rive droite de la Dordogne.

Autre trait marquant du vignoble bordelais, la volonté de classer ses vins. Il y eut le célèbre classement de 1855 inchangé depuis. D’autres classements suivirent : les crus bourgeois du Médoc en 1932, les graves en 1959, le Saint-Émilion en 1953, etc.

Array